bucket_iconCreated with Sketch.

Le lieu de travail et l'immeuble de bureaux du futur

19 juin 2020

Il y a eu beaucoup de discussions sur ce que sera l'avenir de l'espace de bureau. Pour en avoir un aperçu, nous nous sommes entretenus avec Helle Nøhr Holmstrøm et Tiago Pereira, deux architectes de Schmidt Hammer Lassen (SHL), sur leur vision de l'espace de bureau du futur.

NA, MultiFlex Fibral Baffles 12x48, Kitchen, Office, Gensler Tampa Office, Gensler

Bureau de Gensler

Les tendances futures

Depuis le début de mars 2020, de nombreuses personnes travaillent chez elles en raison de la pandémie de COVID-19. Cela a entraîné de nombreuses discussions sur le rôle des espaces de bureau et sur la question de savoir si les lieux de travail et les bâtiments commerciaux vont changer tels que nous les connaissons.

Pour en savoir plus, nous avons parlé avec Helle Nøhr Holmstrøm, spécialiste de SHL en matière de stratégie sur le lieu de travail, et Tiago Pereira, un partenaire de SHL. Nous avons parlé ensemble du rôle des espaces de bureaux et des bâtiments commerciaux, des tendances en matière de lieu de travail et des normes matérielles ainsi que du rôle de la rénovation par rapport aux nouvelles constructions.

Quel sera, selon vous, l'avenir de l'aménagement des bureaux ?

TP : De nombreux articles circulent en ce moment sur ce qui peut arriver, ou ce qui pourrait arriver, en particulier dans les grandes entreprises. Je pense qu'à l'avenir, l'aménagement des bureaux se fera plus comme un environnement de collaboration où les gens se réuniront et partageront les équipements.

Nous constatons des tendances pour les espaces de collaboration, d'apprentissage et de performance qui commencent à créer des synergies. Nous créons une variété de domaines qui soutiennent différentes fonctions humaines. Quand on,considère le bureau, les employés veulent être seuls, mais dans un contexte social, et je pense que ce sont là des choses passionnantes, quand on les compare à d'autres typologies comme les bibliothèques. Que peut faire cet endroit que nous pourrions également traduire pour le lieu de travail ? Nous essayons d'apprendre de diverses typologies de bâtiments pour voir comment nous pouvons soutenir ces besoins ordinaires, humains et fondamentaux que nous avons dans une journée de travail.

HNH : [L'avenir du bureau] est une variété de choses. Nous en avons parlé, et nous trouvons intéressant de voir que lorsque les gens se rencontreront au bureau, ce sera pour le côté plus collaboratif du travail. Vous aurez plus de domaines destinés à la collaboration et au partage des connaissances, car vous pouvez facilement faire un travail de concentration chez vous. Cela pourrait aussi se faire dans un hub, quelque part loin du siège central, plus près de son domicile. Au lieu de regrouper toutes les installations dans un seul bureau, les entreprises pourraient ainsi examiner quelles sont les installations permettant une bonne productivité dans divers endroits proches du domicile de l'employé.

Mais je pense que la discussion porte aussi sur la culture d'entreprise. Nous ne voyons pas [l'avenir du bureau] comme l'un ou l'autre. Il faut que ce soit les deux, car on peut créer une meilleure culture d'entreprise quand on est ensemble. De nombreuses entreprises l'ont fait avec succès [en travaillant à distance] car elles ont déjà créé une culture forte et cohésive. Ainsi, les gens peuvent toujours se réunir.

Le siège continuera à jouer un rôle. Il doit toujours être considéré comme un point focal fort pour créer une culture partagée et soutenir les fonctions sociales et le respect. Nous devons également comprendre qu'en tant que personnes, nous ne travaillons pas seulement pour nous-mêmes, mais pour un objectif commun. Le [bureau du futur] peut varier d'une entreprise à l'autre, mais c'est ce que nous devons décider avec chaque entreprise.

Nous savons que lorsque les gens travaillent, ils ont besoin de résoudre les problèmes ensemble et nous avons tendance à préférer résoudre les problèmes avec des personnes que nous aimons et connaissons et avec lesquelles nous nous entendons bien. Nous avons besoin de résoudre les problèmes avec des personnes en qui nous avons confiance, et nous avons besoin d'un endroit pour construire cette confiance.

TP : L'empathie et la "connexion" avec les gens se produisent généralement lorsque vous voyez quelqu'un en personne. Vous les regardez dans les yeux, et il y a cet aspect social humain que seules les interactions en personne créent.

HNH : Dans la plupart des cas, nous parvenons à de meilleures innovations ensemble. Il y a ceux qui y parviennent seuls, mais en général, nous trouvons les meilleures solutions ensemble, et je pense que beaucoup d'entreprises aimeraient voir cela se produire. Je pense que nous avons vécu une expérience très intéressante. Si nous ne l'utilisons pas pour mieux faire, je pense que cela serait vraiment dommage, car nous disposons maintenant d'un atout. Le bien-être est vraiment au centre de la façon dont nous devrions aborder les projets, et nous constatons une grande compréhension qui peut vraiment être bénéfique pour les gens sur le long terme.

Pensez-vous que l'idée de l'espace de bureau traditionnel est en changement depuis un certain temps ?

HNH : Elle a déjà commencé à évoluer. Cette confiance et cette flexibilité sont désirées, mais cela a été difficile par peur de perdre de la productivité.

TP : Je dirais que le coronavirus n'a fait qu'accélérer une tendance. Ce qui aurait pu se produire en dix ans s'est accéléré en deux ans. On pourrait également dire qu'il y a eu une accélération très positive de la tendance du "travail partout". Maintenant, nous pourrions voir les employés aller voir leurs employeurs en disant qu'ils veulent plus de flexibilité et il se pourrait que les employeurs reconsidèrent l'organisation et posent la question "comment pouvons-nous travailler différemment et de façon plus heureuse ?"

Si l'espace de bureau devient plus un centre de collaboration, avec potentiellement moins d'employés par jour, pensez-vous que l'espace commercial existant va être utilisé pour d'autres choses ?

TP : Lorsque nous avons emménagé dans nos bureaux actuels à Aarhus, un chef nous a demandé si nous pouvions envisager de lui confier l'exploitation de notre cantine pendant la journée tout en lui permettant de gérer un restaurant indépendant le soir. Nous avons pensé que c'était une excellente idée. Cela montre qu'il y a une réflexion au-delà des besoins du bureau, une réflexion sur la communauté. Si les entreprises peuvent voir la synergie, les immeubles de bureaux peuvent être bien plus qu'un endroit où les gens vont seulement entre 09h00 et 17h00.   Vous pouvez partager les dépenses d'un lieu, ce qui est intéressant pour les propriétaires car vous payez pour les installations le soir.

HNH : Il y a aussi un élément de respect. Si vous vivez dans un quartier à proximité d'un immeuble de bureaux qui ferme à 17 heures, vous n'avez probablement aucune émotion particulière envers cet immeuble. Si tout d'un coup, cet immeuble devient une partie de votre communauté, parce qu'il est ouvert le soir ou que vous utilisez le bâtiment, vous développez une relation émotionnelle avec ce bâtiment parce qu'il vous apporte quelque chose. Il devient une partie intégrante de comment vous voyez la zone dans laquelle vous voulez vivre, quels sont les équipements dont vous disposez à proximité. Cela nous permet de nous sentir plus en sécurité et plus à l'aise dans notre quartier.

Selon vous, quelles sont les nouvelles normes que les espaces de bureau devraient adopter à l'avenir ?

HNH : Nous constatons une amélioration de l'hygiène et de la propreté sur le lieu de travail. Nous devons reconnaître que lorsque nous ne nettoyons pas vraiment notre lieu de travail, beaucoup de bactéries circulent. Je pense que c'est quelque chose que nous allons étudier. Lorsque vous faites de la décoration intérieure dans un hôpital, vous devez utiliser certains types de matériaux en raison de certaines spécifications. C'est donc quelque chose que nous pourrions commencer à voir dans les bureaux, mais pas au même niveau. Il pourrait y avoir une nouvelle façon de choisir des matériaux faciles à nettoyer et qui n'attirent pas beaucoup de bactéries.

TP : L'accent est mis sur les matériaux naturels. Je pense qu'il y a une toute nouvelle approche des matériaux. Quelle est leur composition matérielle et leur origine ?  Je pense qu'à l'avenir, nous verrons cette identité matérielle davantage mise en avant.

Les gens partageront les bureaux et les espaces, les matériaux faciles à nettoyer et comportant des matières plus naturelles auront donc un impact sur le choix.

HNH : Je pense qu'en général, nous regarderons notre propre bureau. Nous avons beaucoup de papiers sur nos bureaux et beaucoup de fils en dessous, il est donc difficile pour les agents d'entretien de faire un travail correct. Ce sont certaines des choses que nous étudions. C'est quelque chose que nous devons faire nous-mêmes, et nous devons le faire également pour d'autres lieux de travail.

Selon vous, quel est le rôle de la rénovation ?

TP : D'un point de vue financier et de durabilité, nous devrions envisager des réutilisations et des transformations plus adaptatives et moins de nouveaux bâtiments. C'est presque une évidence. La pandémie nous a également montré que lorsqu'il y a une volonté, nous pouvons aplatir d'autres courbes, notamment l'exploitation des ressources naturelles.

HNH : Nous aimons faire de nouveaux bâtiments parce que nous apprenons et nous nous améliorons à chaque fois, mais nous aimons aussi transformer et améliorer un bâtiment existant. Les deux sont des défis pour nous. Par exemple, certains clients ont un petit budget, et cela nous oblige à trouver plus d'idées et à penser différemment.

 

Nous remercions tout particulièrement Helle Nøhr Holmstrøm et Tiago Pereira d'avoir pris le temps de nous parler.